IMG_0989.jpg

Mon travail porte sur le rapport entre l’acte de voir et la perte. Il joue avec les lieux où s’instituent les manques dans la représentation, les limites de l’image. Je collecte beaucoup d’images que je transporte dans ma peinture de manière multiforme en utilisant la vidéo, l’édition d’objet, la peinture murale, l’écriture. Chaque peinture ou pièce peut être le point de départ d’un système d’assemblage ou de combinaison qui amorce de nouvelles liaisons et de nouvelles formes tel un montage filmique. Cette recherche de mise en tension par la confrontation, l’hybridation et la rupture visuelle autant que formelle donne à montrer la fragmentation qu’induit l’image au regard.

L’image vient du regard et pourtant le fragmente et le dissipe.

La peinture devient un espace de possibilités où les pièces trouvent avant tout leurs sens dans leurs mises en relations. Par analogie je tente de déployer ce qui va vers le récit, une narration non fixée et qui peux à tout moment être déchirée ou altérée par le regardeur.

De là, j’interroge notre rapport aux images, leurs matérialités mais aussi cette inéluctable scission par lequel nous venons au visible.